l'Atelier de Sèvres

Cet article décrit l'entretien d'admission, le déroulement de l'année, les points positifs et négatifs, mon opinion personnelle sur cette prépa par laquelle je suis passée, ainsi qu'une note sur la nouvelle section animation (septembre 2013)!

ADMISSION
     Pour entrer à l'Atelier de Sèvres, il faut deux choses : de la motivation et de l'argent (entre 6000 et 7000 euro l'année). Pour mesurer sa motivation, l'élève passe un entretien entre janvier et juin (prendre rendez-vous par téléphone), durant lequel il se présente et montre les travaux et carnets de croquis produits récemment. S'il est préférable d'apporter un carnet de croquis pour montrer non pas que l'on sait dessiner mais qu'au moins, on essaye et on travaille sur le vif, les autres travaux peuvent être de toutes tailles et techniques, allant de peinture à l'huile au stylo bic, en passant par la photo, la sculpture, etc. Il est question de montrer ce qui nous intéresse et ce que l'on sait faire.
Les compétences en dessin sont donc secondaires par rapport à la motivation, c'est pourquoi l'Atelier de Sèvres convient tout particulièrement aux élèves sortant de filière générale, et n'ayant par conséquent pas forcément eu l'occasion de beaucoup dessiner. Il est également inutile d'apporter 50 travaux, car l'entretien est rapide et l'examinatrice se contente de regarder 30 travaux tout au plus.

Durant l'oral, on vous demande de quelle école vous provenez, quels concours vous intéressent, pourquoi vous souhaitez faire de l'art, quelles expositions vous avez pu voir récemment, bref, des questions auxquelles vous pouvez forcément répondre.

Lorsque l'entretien est terminé, on vous annonce immédiatement si vous êtes admis ou non. Certains élèves se verront cependant proposer un stage obligatoire de mise à niveau en dessin d'une semaine pendant l'été afin d'acquérir les connaissances de base en dessin. Ces élèves devront participer à ce stage payant pour être admis. Cela concerne une minorité de personnes. Quant aux élèves un peu plus âgés qui savent vraiment ce qu'ils veulent, on leur propose parfois d'entrer non pas en prépa mais en intermédia, qui est plus libre que la prépa et propose moins de cours techniques et plus d'espace/conseils pour travailler.

DEROULEMENT DE L'ANNEE
     En prépa, il y a 10 classes d'une quarantaine d'élèves. L'année scolaire est divisée en deux : de septembre à Noël, on a cours de :

-croquis de nu (3h)
-créativité (6h+3h)
-histoire de l'art (3h)
-dessin contemporain (3h)
-dessin d'espace (3h)
-histoire de la photo(1h30)
-multimédia (1h30)

La plupart des classes ont une journée sans cours ou presque, ce qui laisse le temps d'aller voir des expositions, de se cultiver, et de travailler dans le sens qu'on veut. En créa, dessin contemporain et parfois en dessin d'espace, on a des sujets et on doit rendre nos projets dans un temps limité. En nu, on a un modèle différent chaque semaine, et c'est le seul cours avec le dessin d'espace (perspective) où l'on apprend vraiment le dessin. L'histoire de l'art et de la photo sont surtout des cours théoriques, avec selon le professeur un ou plusieurs exposés, et en photo un "examen oral" en décembre pour mesurer notre capacité d'analyse d'image. Pour ce qui est de multimédia, on a 5 ou 6 cours d'utilisation de photoshop, mais c'est très sommaire. La salle multimédia (une trentaine de Macs) est libre d'utilisation durant l'année (de même pour les studios photos). Le cours de dessin contemporain n'enseigne pas vraiment à dessiner mais plutôt à réfléchir sur ce que l'on fait : pourquoi cette ligne, cette forme, cet espace, comment trouver une écriture graphique personnelle, etc. Les cours de créa sont divisés en deux sessions (3h et 6h) avec deux professeurs différents, qui donnent des sujets type arts-déco.
En plus de tout cela, on est vraiment briefés sur les concours, ce en quoi ils consistent, et les professeurs aident les élèves à s'orienter. Le nombre d'élève par classe étant relativement réduit (40 en théorie, moins de 30 en pratique car les élèves choisissent assez vite de sécher les cours qui les intéressent moins), il n'est pas très difficile de se faire conseiller par un professeur et de poser des questions. En créa de 6h, la ou le prof connait en général bien ses élèves et sait les guider. Il faut cependant bien savoir que dans aucune classe nous ne sommes cadrés, ce qui veut dire que tout élève qui n'est pas suffisamment motivé et qui ne sait pas travailler tout seul risque de perdre une année. On n'est pas poussés à travailler, et même si cela peut sembler dérangeant, il faut savoir qu'aux Arts Déco ou aux Beaux-Arts, et plus généralement en art, c'est comme ça que ça se passe. Alors si vous voulez être cadrés et apprendre à dessiner, choisissez plutôt une école d'arts appliqués (que vous pouvez par ailleurs aussi tenter à la suite de l'Atelier de Sèvres). Voilà pour la première partie de l'année.

La seconde partie de l'année est réservée aux dossiers. C'est un peu tard pour les écoles comme les Beaux Arts de Paris dont le concours commence en février, mais il ne faut pas non plus s'aveugler : sachez que la plupart des élèves à l'Atelier de Sèvres qui réussissent les meilleurs concours et notamment celui des beaux-arts sont les redoublants, qui ne sont pas en prépa mais en Intermédia, une sorte de seconde année qui regroupe deux classes supplémentaires d'élèves. Alors si vous voulez réussir les beaux arts, n'attendez pas que l'on vous donne le feu vert pour commencer votre dossier, et commencez dès septembre. Même s'il y a des professeurs irrécupérables de bêtise, vous en trouverez toujours un ou deux qui seront prêts à vous aider.
Ainsi donc, l'emploi du temps de la seconde partie de l'année, de janvier à mi-mai (les cours finissent le 20 mai) est plus léger : adieu des cours d'histoire de la photo et de multimédia. Sachez aussi qu'à ce stade, les élèves sèchent pratiquement tous les cours qui les intéressent moins (notamment par rapport à leur dossier. Ceux qui veulent faire de l'animation privilégieront les cours de nu tandis que ceux qui veulent faire l'ENSAD seront présents en créa). Les cours se transforment en ateliers libres, dans lesquels on peut travailler sur notre dossier.

POINT POSITIFS/POINTS NEGATIFS

+prépare vraiment aux concours
+professeurs présents
+studio photo, ordinateurs à la disposition des élèves, vente de matériel un peu moins cher qu'ailleurs + tirages photos etc
+une des rares prépas qui est honnête sur les statistiques des résultats aux concours
+trois examens blancs et jurys blancs type ENSAD


-comme toute prépa privée... c'est cher
-on regrette qu'il n'y ait pas plus de dessin
-beaucoup de professeurs (dont le directeur) "anti-gobelins-animation-car-ce-n'est-pas-de-l'art"
-un peu trop axé ENSAD
-la sculpture, la gravure, conférences d'anatomie, le studio vidéo (et j'en passe) seulement pour les Intermédia (donc pas pour les prépas). Aussi, les intermédias (2 classes) on accès à 3 salles, tandis que les prépas (10 classes) ont accès à 2 salles.
-on reproche aux élèves provenant de l'atelier de sèvres d'être formatés un peu tous pareils.

MON OPINION
     C'est une très bonne prépa qui tient ses promesses mais qui formate vraiment trop ses élèves. On nous dit quoi faire, quoi penser, quoi dire. Beaucoup de professeurs nous disent que c'est nul sans expliquer pourquoi. Il faut vraiment savoir ce que l'on veut, car si quand on nous dit "ce n'est pas vous qui choisissez ce que vous faites, c'est vos profs, vous êtes juste des élèves" on se laisse démoraliser, on perd son temps. On n'a pas cessé de vouloir me faire faire des choses que je ne voulais pas, et on me trouvais intellectuelle dans mes démarches. Les jurys avaient sans doute leurs raisons, mais cela ne m'a pas empêché de réussir les Arts Déco. J'aurais bien voulu des critiques plus constructives, et des jurys qui acceptent que l'on voit les choses différemment. Heureusement, certains professeurs n'imposent pas leur point de vue... et c'est ceux-là que j'ai choisi d'écouter, même si la plupart du temps, je travaillais seule dans divers musées.

NOTE CONCERNANT LA SECTION ANIMATION
     Il était jadis compliqué de vouloir faire de l'animation à Sèvres. Un directeur anti-Gobelins, des cours très axés Arts-Déco, les étudiants rêvant de faire de l'animation étaient des moutons noirs.
Désormais, tout change. Une section dédiée à l'apprentissage des bases de l'animation et à la formation aux concours des écoles d'animation (EMCA, Gobelins, Méliès, etc) ouvre en septembre 2013, section ouverte aux passionnés du dessins. Le détaillé est disponible ici:http://www.atelierdesevres.com/ateliers-sitev2-2ei79/wp-content/uploads/2013/02/Plaquette-anim-planches.pdf, mais pour résumer, voici l'emploi du temps:

Pôle dessin:
Dessin d'observation 4h
Modèle vivant (Structure et anatomie) 3h
Modèle vivant (Mouvement et expression) 3h
Perspective - Dessin d'extérieur 3h
Bd - Illustration 3h
Pôle animation:
Design de personnages et décors 4h
Techniques d'animation 2D et Stop motion 4h
Story board 3h

+Histoire de l'art et du cinéma 3h
+Conférences



Pour plus d'informations sur l'Atelier de Sèvres : (http://www.atelierdesevres.com/)

Que faire sans le bac?

Quelques précisions : 
-Le certificat de fin d'études secondaires (CFES), ou niveau bac, est attribué aux élèves ayant eu 8/20 ou plus au bac.
-Le niveau terminale est attribué aux élèves ayant eu moins de 8/20 au bac.


S'il était jadis très aisé de faire des études d'art sans l'obtention du baccalauréat, c'est désormais de plus en plus difficile. Certaines écoles demandent en contrepartie une expérience professionnelle dans le milieu, d'autres se contentent d'un niveau terminale ou d'un niveau bac, une dérogation n'étant accordée qu'aux élèves les plus doués. Le tout est de se renseigner sur les options suivantes :
>>Faire une école d'art
>>Faire un BTS
>>Faire un CAP
______________________________________________

>> Faire une école d'art


Il est toujours possible de tenter une école d'art (arts déco, beaux arts, etc) sur concours ou sur dossier. Le niveau terminale est généralement demandé aux élèves non-bacheliers, et les dérogations se faisant rares, il est préférable de justifier d'un niveau solide en art (dessin, culture artistique). 
Les établissements privées étant moins demandés que les établissements publiques, ils sont plus accessibles et en conséquence moins catégorique quant à l'obtention du bac en tant que condition d'admission. Il faut cependant privilégier les écoles sous contrat, qui certifient la qualité de leur enseignement.


Quoi qu'il en soit, renseignez-vous auprès des écoles qui vous intéressent afin d'établir un premier contact et de mesurer vos possibilités.


Quelques écoles publiques :


Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) (http://www.ensba.fr)
"Pour les candidats non titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme équivalent et non inscrits, en 2011-2012 [année de la candidature], en terminale dans un établissement d'enseignement secondaire, le directeur peut accorder une dérogation pour que leur dossier soit examiné par le jury d'admissibilité, après avis d’une commission consultative dont la composition et les modalités de fonctionnement sont fixées par le directeur."


Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (ESAD) (http://www.esad-stg.org/)
"Exceptionnellement, une dérogation peut être accordée aux candidats non bacheliers justifiant d’une expérience professionnelle et artistique."


Ecole Supérieure d'art de Cambrai (http://cambrai.esa-npdc.net/v2/
" A titre exceptionnel, des dérogations peuvent être accordées, à condition de pouvoir justifier d’une pratique
personnelle et d’un parcours artistique intéressant. Les candidatures de postulants non-bacheliers doivent être adressées à la directrice de l’Ecole qui pourra les soumettre au jury d’admission"


ESAA Aquitaine (http://www.ecoles-bordeaux.com/)
"Vous avez échoué aux épreuves du baccalauréat, et vous recherchez une formation pour les métiers de l’Art? Les formations de l’ESAA Aquitaine ne nécessitent pas le baccalauréat, seul le niveau bac est souhaité ( bon niveau d’expression écrite et orale ). Les inscriptions se font sur entretien et présentation d’un dossier de créations, qui permet à l’équipe pédagogique d’apprécier les potentiels graphiques et créatifs du candidat."


quelques écoles privées :


ESAG Penninghen (http://www.penninghen.fr/)
Le certificat de scolarité de terminale est demandé, et non pas le niveau terminale. Il suffit donc simplement d'avoir fait une terminale.


Emile Cohl (http://www.cohl.fr)
"À titre dérogatoire, tout candidat non titulaire du baccalauréat pouvant attester d’une activité salariée dans le domaine de l’image ou dans un domaine voisin, désireux de se réorienter ou de se perfectionner, si son dossier professionnel le permet, peut être admis à l’École Émile Cohl en formation continue ou dans la cadre de la VAE."

Camondo (http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/ecole-camondo/l-ecole/)
"Des dérogations sont envisageables  uniquement sur la base de l’expérience personnelle des candidats "


ESAIL Lyon (http://www.esai-lyon.com/)
"L’admission est subordonnée à :
- L’étude du dossier scolaire des 2 dernières années scolaires.
- Un entretien individuel de motivation. 
- Un test d’aptitude."



>> Faire un BTS


Il est possible de faire un BTS à la suite d'une terminale STI arts appliqués dans certaines écoles.


Ecole Condé (http://www.ecoles-conde.com)
"Accès : Terminale Arts appliqués ou MANAA sur entretien et dossier."


>>Faire un CAP


- Communication
- Environnement
- Arts du bois
- Arts du feu
- Art textile et mode
- Arts du métal
- Gravure
- Arts de la reliure
- Photographie
 -Arts du spectacle


plus d'information sur les écoles proposant un CAP dans ces domaines sur le site http://www.lycee-pasteur.com/sitenational/cap.html .

La spécialité Art et l'option Art au Bac

1- La spécialité art ne peut être passée que par les bac littéraires. Elle consiste en deux épreuves : un oral et un écrit.

POUR L'ORAL, il faut préparer un dossier de neuf ou dix planches format demi-grand-aigle (75x55cm) et non pas raisin (c'est important), sur le thème de "l'oeuvre et le corps". Pensez à choisir consciencieusement vos feuilles (papier fin ou épais, avec plus ou moins de grain). Sur ces dix planches, il faut :
-2 planches croquis
     Les planches croquis doivent contenir comme leur nom l'indique, du croquis. Le thème étant "l'oeuvre et le corps", on retrouve généralement des portraits, du nu, du dessin de corps en général. Le fait que ce soient des planches croquis ne les limite pas pour autant au crayon ou au fusain, vous pouvez combiner cela avec de l'aquarelle, de la peinture, travailler le fond et la composition de vos planches, etc.
-2 planches documentaires
     Les artistes anciens et contemporains qui vous ont inspiré pour vos planches abouties mais aussi pour les autres, il faut donc mettre des images appartenant à ceux-ci ainsi que le titre de chaque oeuvre et le nom de chaque artiste, clairement visible sur la planche (certains examinateurs sont un peu embêtants sur ce point, alors autant le faire). Organisez vos planches comme vous voulez au niveau de la composition, du découpage, de la technique, tant que cela répond aux impératifs.
-3 planches photos dont au moins une numériquement modifiée (par ordinateur donc)
     Il est ici questions de photos que vous avez prises, plus ou moins grandes, que vous installez sur chacune des planches. Il peut n'y avoir qu'une photo sur une planches, ou bien une centaine! C'est à vous de voir, ou plutôt à vous de choisir. Noir et blanc ou couleur, cela n'importe pas, tant que vous vous débrouillez pour avoir des photos de bonne qualité.
-2 ou 3 planches abouties
     Les planches abouties sont les seuls travaux qui peuvent être plus grande que le format demi-grand-aigle. Il n'y a aucune limite, mais pensez au transport de vos planches, et sachez que vous les montrerez aux examinateurs dans une salle de classe de taille moyenne. Vous pouvez utiliser les médiums que vous voulez (acrylique, peinture à l'huile, fusain, crayon, feutre, marqueur, photo, combinaisons de plusieurs choses..) et choisissez ce que vous voulez faire, tant que cela reste dans le thème de "l'oeuvre et le corps".

Ayez une démarche, faites des choix réfléchis, et surtout, pensez aux liens entre vos planches, car lorsque vous présenterez votre travail à l'oral, il vous faudra passez d'une planche à l'autre librement, en parlant de choses qu'elles ont en commun. Il ne faut pas parler d'une planche à la fois, mais parler de thèmes, d'idées qui regroupent plusieurs travaux en expliquant en quoi et pourquoi.

POUR L'ECRIT, vous devez travailler sur un programme bien précis déterminé chaque année par le ministère de l'éducation.
(programme du bac 2012 : http://www.education.gouv.fr/cid55013/mene1101397n.html).
Il ne suffit pas de connaître à peu-près, il faut être capable de situer les oeuvres, de les dater, d'être allé à des expositions afin d'enrichir son discours, de s'être renseigné sur les artistes, etc.

L'écrit consiste en une analyse d'image, et une questions au choix sur deux des trois thèmes du programme.



2-L'option art peut être passée par toutes les sections générales, sachant que l'on ne peut présenter qu'une option artistique (il faut donc choisir entre théâtre, art et musique). Elle consiste en un oral uniquement.

Le programme de trois oeuvres doit être étudié et bien connu de l'élève, car l'examinateur sera mené à poser des questions sur celles-ci (plus votre dossier est bon, moins l'on vous posera de questions sur ces trois oeuvres, alors un conseil : travaillez votre oral).
(programme du bac 2012 : http://www.education.gouv.fr/cid55013/mene1101397n.html).

Il faut également préparer un dossier de dix planches format raisin (50x65cm) sur un thème complètement libre, qui peut être en rapport avec le programme si l'élève le souhaite. La technique est libre (peinture, crayon, feutre, fusain, photo, marqueur, combinaisons de plusieurs choses, etc). C'est l'occasion de faire un dossier qui vous plaît, cependant, lorsque vous choisissez votre thème, pensez à l'explorer autant que possible afin de ne pas vous retrouver avec un travail banal.

Ne vous y prenez pas au dernier moment, ce n'est pas une option facile, d'autant plus que les examinateurs le voient tout de suite. Il n'est pas facile d'avoir 20.

Bon courage!

Les écoles d'art placées sous la tutelle du ministère de la culture et de la communication

-Architecture
-Arts Plastiques
-Cinéma, audiovisuel, multimédia


Si certaines écoles sont plus réputées que d'autres, la meilleure école reste celle qui vous conviendra le mieux. Outre le diplôme, c'est book que l'on forme durant les années d'études qui permet d'obtenir du travail par la suite.


Architecture : 20 écoles nationales supérieures
Cette formation mène au diplôme d'Etat d'architecte (DEA) qui confère le grade de master.
Les deux écoles nationales supérieures d'architecture et de paysage dispensent également le diplôme de paysagiste DPLG.


ENSA de Strasbourg (http://www.strasbourg.archi.fr/)
ENSA et de paysage de Bordeaux (http://www.bordeaux.archi.fr/)
ENSA de Clermont-Ferrand (http://www.clermont-fd.archi.fr/)
ENSA de Bretagne (http://www.rennes.archi.fr/)
ENSA de Paris-Belleville (http://www.paris-belleville.archi.fr/)
ENSA de Paris-Malaquais (http://www.paris-malaquais.archi.fr/index.html?module=home)
ENSA de Marne-la-Vallée (http://www.marnelavallee.archi.fr/)
ENSA de Paris-Val-de-Seine (http://www.paris-valdeseine.archi.fr/)
ENSA de Versailles (http://www.versailles.archi.fr/) -école réputée-
ENSA de Paris-la-Villette (http://www.paris-lavillette.archi.fr/)
ENSA de Montpellier (http://www.montpellier.archi.fr/index-fr.html)
ENSA de Nancy (http://www.nancy.archi.fr/)
ENSA de Toulouse (http://www.toulouse.archi.fr/fr/index.html)
ENSA et de paysage de Lille (http://www.lille.archi.fr/)
ENSA de Normandie (http://www.rouen.archi.fr/)
ENSA de Nantes (http://nantes.archi.fr/)
ENSA de Marseilles (http://www.marseille.archi.fr/)
ENSA de Grenoble (http://www.grenoble.archi.fr/)
ENSA de Lyon (http://www.lyon.archi.fr/)
ENSA de Saint-Etienne (http://st-etienne.archi.fr/)

Deux autres écoles délivrent des diplômes reconnus comme équivalents aux diplômes d'architecte délivrés dans les ENSA (diplôme d'Etat et habilitation) :

Institut national des sciences appliquées (INSA) de Strasbourg (http://insa-france.fr/)
Ecole Spéciale d'Architecture (ESA) (http://www.esa-paris.fr/)

(source : http://www.culture.gouv.fr/)

Arts Plastiques : 5 écoles nationales supérieures

Ces écoles préparent à des diplômes spécifiques

Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD) (http://www.ensad.fr/)
Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI - Les Ateliers) (http://www.ensci.com/)
Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) (http://www.ensba.fr/)
Au delà-du bac (avec des crédits ECTS) :
Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles (http://www.enp-arles.com/)
Le Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains (http://www.lefresnoy.net/)


53 écoles supérieures d'art nationales et territoriales


Les écoles supérieures d'art préparent
au diplôme national d'arts plastiques (DNAP), en trois ans,
 au diplôme de créateur-concepteur en expressions plastiques (DNSEP), en deux années (diplôme certifié niveau I),
 et au diplôme de réalisateur-designer (DNAT), en trois ans (diplôme certifié niveau II).

  Alsace
Le Quai, école supérieure d'art (http://www.lequai.fr)
Ecole Supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (http://www.esad-stg.org) -réputée-
  Aquitaine
Ecole Supérieure d'art des Rocailles (http://www.agglo-bab.fr)
Ecole des beaux-arts de Bordeaux (http://www.mairie-bordeaux.fr)
Ecole Supérieure des arts et de la communication de Pau (http://www.esac-pau.fr)
  Auvergne
Ecole Supérieure d'art de Clermont-Ferrand (http://www.ecoledart.ville-clermont-ferrand.fr)
  Bourgogne
Ecole Nationale Supérieure d'art de Dijon (http://www.ensa-dijon.fr)
Ecole media art de Chalon-sur-Saône
  Bretagne
Ecole Supérieure d'art de Brest (http://www.esa-brest.fr)
Ecole Supérieure d'art de Lorient (http://www.esa-lorient.fr)
Ecole Supérieure des beaux-arts de Cornouaille (http://www.esa-quimper.org)
Ecole des beaux-arts de Rennes (http://www.erba-rennes.fr)
  Centre
Ecole Nationale Supérieure d'art de Bourges (http://www.enba-bourges.fr)
Institut d'arts visuels d'Orléans (http://www.iav-orleans.com)
Ecole Supérieure des beaux-arts de Tours (http://www.esbatours.org) -diplôme d'études supérieures en conservation, restauration des oeuvres sculptées-
  Champagne-Ardennes
Ecole Supérieure d'art et de design de Reims (http://www.esad-reims.fr)
  Franche-Comté
Ecole régionale des beaux-arts de Besançon (http://www.erba-besancon.com)
  Ile-de-France
Ecole Nationale Supérieure d'art de Cergy-Pontoise (http://www.ensapc.fr) -réputée-
Ecole municipale supérieure d'arts de Rueil-Malmaison (http://www.earueil.com)
  Languedoc-Roussillon
Ecole Supérieure des beaux-arts de Montpellier Agglomération (http://www.esbama.fr)
Ecole Supérieure des beaux-arts de Nîmes (http://www.nimes.fr/index.php?id=330)
Ecole Supérieure d'art de Perpignan (http://www.mairie-perpignan.fr/vie-pratique/education/haute-ecole-dart)
  Limousin
Ecole Nationale Supérieure d'art de Limoges/Aubusson (http://www.ensa-limoges-aubusson.fr)
  Lorraine
Ecole de l'image d'Epinal (http://www.esae.fr)
Ecole des beaux-arts de Metz (http://www.mairie-metz.fr)
Ecole Nationale Supérieure d'art de Nancy (http://www.ensa-nancy.fr)
  Martinique
Institut régional d'art visuel de Fort-de-France
  Midi-Pyrénées
Ecole Supérieure d'art et de céramique de Tarbes (http://www.esac-tarbes.com)
Ecole Supérieure des beaux-arts de Toulouse (http://www.esba-toulouse.org)
  Nord-Pars-de-Calais
Ecole Supérieure d'art de Cambrai (http://www.esa-cambrai.net)
Ecole régionale d'art de Dunkerque
Ecole régionale Supérieure d'expression plastique de Tourcoing
Ecole des beaux-arts de Valenciennes (http://www.ville-valenciennes.fr)
  Haute-Normandie
Ecole d'art du Havre (http://www.ecole-art-lehavre.fr)
Ecole régionale des beaux-arts de Rouen (http://www.apparaitre.com)
  Basse-Normandie
Ecole Supérieure d'arts et médias de Caen (http://www.esamcaen.fr)
Ecole Supérieure des beaux-arts de Cherbourg-Octeville (http://www.esbaco.eu)
  Pays-de-la-Loire 
Ecole Supérieure des beaux-arts d'Angers (http://www.esba-angers.eu)
Ecole Supérieure des beaux-arts du Mans (http://www.esba-lemans.fr)
Ecole régionale des beaux-arts de Nantes (http://www.erba-nantes.fr)
  Picardie
Ecole Supérieure d'art et de design d'Amiens (http://www.esad-amiens.fr)
  Poitou-Charentes
Ecole européenne supérieure de l'image (EESI) (http://www.eesi.eu)
  Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Ecole Supérieure d'art d'Aix-en-Provence (http://www.ecole-art-aix.fr)
Ecole d'art d'Avignon (http://www.ecole-art-avignon.org) -diplôme d'études supérieures en conservation, restauration d'oeuvres peintes-
Ecole Supérieure des beaux-arts de Marseille (http://www.esbam.fr)
Ecole Nationale Supérieure d'art de Nice (Villa Arson) (http://www.villa-arson.org) -école réputée-
Ecole Supérieure d'art de Toulon
  La Réunion
Ecole des beaux-arts de la Réunion
  Rhône-Alpes
Ecole d'art de la communauté d'agglomération d'Annecy (http://www.ea-agglo-annecy.fr)
Ecole Supérieure d'art de Grenoble (http://www.esag.fr)
Ecole Nationale des beaux-arts de Lyon (http://www.enba-lyon.fr) -école réputée-
Ecole régionale des beaux-arts de Saint-Etienne (http://www.institutdesign.com)
Ecole Régionale des beaux arts de Valence (http://www.erba-valence.fr)

Autres organismes

Administration générale du Mobilier national et des manufactures nationales des Gobelins de Beauvais et de la Savonnerie (http://www.culture-gouv.fr/culture/mobilier-nation/formation.htm)
Manufacture nationale de Sèvres (http://manufacturedesevres.culture.gouv.fr)

(source : http://www.culture.gouv.fr/)

Cinéma, audiovisuel, multimédia : Ecole spécialisées d'enseignement supérieur

La fémis - Ecole Nationale Supérieure des métiers de l'image et du son (http://www.femis.fr)
Ina Sup, Ecole Supérieure de l'audiovisuel et du numérique (http://www.ina.fr)
Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière (http://www.ens-louis-lumière.fr)
Le Conservatoire Européen d'écriture audiovisuelle (CEEA) (http://www.ceea.edu)
Ecole du film d'animation de la Poudrière (http://www.poudriere.eu) -réputée-

(source : http://www.culture.gouv.fr/)

Les MANAA privées

Plus accessibles que les MANAA (Mise à Niveau en Arts Appliqués) publiques, les MANAA privées sont une bonne contrepartie si l'on veut faire un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) par la suite. Il faut cependant savoir qu'il n'y a pas vraiment de passerelle vers les BTS publics, car les programmes des MANAA privées ne sont pas les mêmes que celui des MANAA publiques.

L'admission se fait par la voie d'un entretien, d'un dossier graphique et d'une lettre de motivation, cela ressemble donc plus à la prépa qu'à l'entrée en MANAA publique où il est question de dossier scolaire, et de bulletins. Il faut néanmoins avoir le bac pour être admissible.

Les MANAA privées préparent aux formations de BTS des écoles privées (plus particulièrement celles de leur école lorsque la filière y existe), des DMA (Diplôme des Métiers d'Art), aux écoles des Beaux-Arts, et aux écoles d'architectures. Il faut cependant savoir que si la MANAA possède sa propre filière de BTS/DMA, elle vous préparera plus particulièrement à celle-ci plutôt qu'aux Beaux-Arts ou à l'ENSAD. Soyez donc autonome, motivé et travailleur pour arriver à vos fins.

Quelques MANAA privées :
Institut Sainte Geneviève (http://www.saintegenevieve6.org/unite_pedagogique/le-post-bac-en-arts-appliques/la-mise-a-niveau-en-arts-appliques-manaa)
LISAA Nantes (http://www.lisaa.com/nantes/mise-a-niveau-arts-appliques.php)
Ecole de Condé (http://www.ecoles-conde.com/arts-appliques/arts-appliques-manaa.html)

Les Ecoles Préparatoires Publiques

Personne ne parle des prépas publiques, et pourtant, elles existent bien, malgré ce que peuvent vous dire les conseillers d'orientations ou les professeurs d'art mal informés. Je tiens donc à consacrer un article à ces écoles méconnues, qui vous économisent le financement des prépas privées, et vous évitent de passer par la MANAA, qui ne correspond pas forcément à ce que vous voulez, et qui prépare mal aux grandes écoles.

L'avantage de la prépa publique par rapport à la MANAA est aussi l'admission plus souple et moins absurde, puisque l'on n'est pas admis sur dossier scolaire, mais sur entretien et parfois dossier graphique. Je répète, pour plus de précisions, ce que j'ai cité dans mon article sur les cursus post-bac (que je vous invite à lire : http://etudesdart.blogspot.com/2011/06/que-faire-apres-un-bac-general.html). 

"Les classes préparatoires sont ouvertes à tous les Baccalauréats (généraux, professionnels, technologiques, avec ou sans option art). Des dérogations exceptionnelles peuvent être accordées au cas par cas pour les non-bacheliers (niveau terminale). Les candidats doivent s’inscrire directement auprès de l'école choisie, durant leur année de terminale. Leur admission sera confirmée après l’obtention du Baccalauréat. Les classes préparatoires du réseau APPEA ne figurent pas sur le site du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche « Admission Post-Bac ».
Pour entrer dans une classe préparatoire du réseau APPEA, il faut remplir et renvoyer un dossier d’inscription. Les candidats  sont tous convoqués pour un « concours d’entrée ». Ce dernier comporte toujours un entretien avec un jury d’enseignants de l’établissement choisi. Certaines écoles ajoutent une épreuve écrite et/ou plastique. 
(source : http://www.appea.fr/v1/index.php?id=56)

Ainsi, la prépa publique est nettement plus accessible que la MANAA, cependant, il faut savoir qu'elle ne prépare pas au BTS, que l'on ne peut faire qu'après un bac STI arts appliqués ou une MANAA (plus d'informations sur le BTS ici).

Les écoles publiques proposant une classe préparatoire en art les plus cottées sont  tout d'abord celle de l'EPSAA, puis celles de Rueil-Malmaison et d'Issy-les-Moulineaux. Je vous fais néanmoins une liste complète des écoles :
Ecole Municipale des Beaux-Arts de Gennevilliers (Gennevilliers)
Les Arcades (Issy-les-Moulineaux)
Ecole des Beaux Arts de Sète (Sète)